LOGO OBSERVATOIRE DE LA CORRUPTION HD

L’Observatoire de la Corruption est un projet de Contribuables Associés, association non subventionnée défendant depuis 1990 les contribuables en luttant contre la dépense publique excessive, les gaspillages d’argent public et en promouvant une réduction de la pression fiscale en France.

***

La lutte contre la corruption, et contre l’ensemble des pratiques condamnables impliquant des responsables politiques, administratifs et syndicaux s’insèrent dans le combat de Contribuables Associés depuis plus d’un quart de siècle puisque ces pratiques condamnables ont un coût, supporté par les contribuables.

L’Observatoire de la corruption vise tout à la fois à informer, surveiller, analyser et proposer.

Ses publications, principalement en ligne, couvriront donc l’actualité de la corruption et des autres pratiques condamnables impliquant l’argent public (fraudes, abus de bien social, prise illégale d’intérêts, etc.).

Au-delà de la simple information générale, l’Observatoire de la Corruption servira de « lanceur d’alertes » en portant à la connaissance du public des pratiques qui soit n’auraient pas été médiatisées, soit l’auraient été mais n’auraient pas bénéficié d’une couverture médiatique suffisante pour qu’un nombre important de citoyens-contribuables en aient connaissance.

En complément à cette mission de surveillance, l’Observatoire de la Corruption publiera régulièrement des investigations sur des cas de corruption ou autres, en visant à traiter le sujet plus en profondeur que ce n’est le cas dans les grands médias, pris dans l’urgence de l’actualité.

L’Observatoire de la Corruption proposera aussi des analyses, sous la forme d’études trimestrielles couvrant à chaque fois un thème distinct des pratiques condamnables que l’Observatoire de la Corruption combat.

Sur la base de ces analyses, seront formulées des propositions visant à peser sur le débat public mais aussi sur le processus législatif. Le but étant que ces propositions de l’Observatoire de la Corruption finissent par être transcrites dans la réalité sous forme législative ou réglementaire.