Dans son émission « Complément d’Enquête » du 9 mars, France 2 a publié un intéressant documentaire, « Suède : la dictature de la transparence ».

On y découvre, à 1500 kilomètres de la France, une situation inverse à la nôtre. Une transparence poussée à l’extrême, où un ancien espoir du monde politique a vu sa carrière brisée parce qu’il avait de sa propre initiative avoué avoir fait refaire l’allée de sa maison « au noir » pour 4000 euros. Où une ministre a été contrainte de démissionner du gouvernement parce qu’elle avait eu un alcootest positif au volant après avoir bu… deux verres de vin (ce qui, en France, correspond à la limite légale de 0,5 g d’alcool par litre de sang).

Le cauchemar de Tocqueville

Dans ce pays très sécularisé mais en même temps profondément marqué par l’éthique luthérienne, les institutions, loin des Cités interdites que sont leurs homologues françaises, sont de véritables panoptiques, où la surveillance permanente n’est pas sans rappeler les scenarii dystopiques de SOS Bonheur.

L’illustration la plus nette de la dérive de la transparence à la suédoise est le Ratsit, un annuaire grand public édité par une société privée qui recense l’ensemble de la population majeure et précise, pour chaque citoyen, ses revenus et son niveau d’imposition.

Ce qui conduit nombre de Suédois, travaillés par cette passion triste qu’est l’envie, à vérifier si les revenus officiellement déclarés par leurs voisins concordent avec leur train de vie. En somme, une société conforme aux craintes de Tocqueville lorsqu’il anticipait l’évolution de la jeune démocratie américaine, marquée comme la Suède par le puritanisme protestant.

En fin de documentaire, un « jeune ancien » élu explique pourquoi il a fini par abandonner sa carrière politique. Il avait le sentiment de ne pouvoir agir librement en étant sous la menace d’un flicage omniprésent.

Comme le déplore en conclusion l’ancien ministrable qui avait fait daller sa maison au noir, une société où il n’y aurait plus le droit à l’erreur serait ennuyeuse et sans audace, où seules les personnalités les plus fades accèderaient aux plus hautes fonctions.

Il convient donc de trouver un juste équilibre entre l’opacité à la française et le voyeurisme à la suédoise. En ne profitant pas des failles du modèle scandinave pour justifier un statu quo inacceptable, comme le font nombre d’analystes français. Le caractère totalitaire de la transparence nordique ne justifie pas le culte du secret qui prévaut en France.

Transparence : bonne pour la vie publique, mauvaise pour la vie privée

Ce juste équilibre, l’avocat Jean-Philippe Feldman l’avait trouvé il y a près d’un an lors du 46e Rendez-Vous parlementaire du contribuable sur la transparence. Il avait défini celle-ci comme bonne pour la vie publique, et mauvaise pour la vie privée.

Les responsables publics étant, comme tous leurs concitoyens, aussi des personnes privées, cet aspect-là de leur vie doit être protégé de la convoitise. Mais leur action publique doit au contraire faire l’objet de la plus grande limpidité.

Observatoire Corruption

Contribuables Associés contre la corruption et pour la transparence de la vie publique.

Cet article comporte 1 commentaire

  1. reiller

    Transparence ou clarté?
    Je partage totalement vos réserves sur la transparence et ses supposées vertus; et puis sans moyens de contrôle ce n’est qu’ un concept creux .
    D’abord il faudrait être clairs sur les limites de la vie publique, ce qui est loin d’être le cas chez nous. Tout ce qui n’est pas du domaine politique, est privé; même cela n’est pas clair dans notre monde politique comme le prouve le fait que les dépenses de maquillage, d’habillement,…sont assimilées à des dépenses de campagne pour nos candidats à la présidence,et il y a bien d’autre exemples. Mais aussi l’homme public ,dépositaire d’un part du pouvoir délégué par le peuple, doit dans sa vie privée respecter une éthique rigoureuse destinée à bien cloisonner le privé du public; ce qui lui interdit certains métiers, cadeaux, et fréquentations . Il ne s’agit pas là de l’exemplarité souhaitable, mais de règles pratiques permettant d’éviter trafics d’influence, et autres.

    Ensuite , on peut parler de la nécessaire clarté sur l’action des hommes politiques dans l’exercice du pouvoir, clarté et non transparence car tout ne peut être clair, et d’inaction à transparence il n’y a qu’un pas comme le montrent maints exemples! Et là aussi tout est à faire….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *