Réel ou fictif, l’emploi de Penelope Fillon relève du népotisme

Depuis la révélation mardi par le « Canard Enchaîné » des 500.000 euros touchés par Penelope Fillon en tant qu’assistante parlementaire de son mari puis de son suppléant, le débat public a dérivé de la dénonciation du népotisme (avéré) à l’accusation d’emploi fictif (présumé). Mais le fond du problème n’est pas la réalité du travail parlementaire de Penelope Fillon.

Lire plus

#PenelopeGate : pour l’interdiction du népotisme parlementaire

« Le Canard Enchaîné » révèle cette semaine que l’épouse de François Fillon, Penelope, a été l’attachée parlementaire de son mari puis de son suppléant pendant huit ans. Un coût de 500.000 euros pour le contribuable. L’occasion pour nous de publier ici le chapitre 9 (« Népotisme & Clientélisme ») de notre Livre Blanc « Contre la corruption, le remède de la transparence », paru avant cette nouvelle affaire. Où l’on voit que le problème, qui touche environ un député sur cinq, est endémique au Parlement :

Lire plus

Absentéisme parlementaire : le vrai débat

Ce n’est pas à cause de l’élection présidentielle à venir que les parlementaires sont peu assidus. Les deux vraies raisons de l’absentéisme parlementaire, qui ne s’excluent pas l’une l’autre, sont bien connues :

1. Le cumul des mandats, qui concerne la plupart des parlementaires
2. L’exercice d’une activité annexe à côté du ou des mandats, également fort répandu au Parlement

Lire plus

Henri de Raincourt enfin mis en examen

En 2015, le sénateur LR de l’Yonne Henri de Raincourt avait admis avoir touché, en plus des 11.416 euros net qu’il percevait au titre de son indemnité de base et de son indemnité représentative de frais de mandat (IRFM), 4000 euros par mois entre 2008 et 2011 de son groupe au Sénat, l’Union des Républicains sociaux (URS). Il a été mis en examen jeudi 15 décembre 2016 pour recel de détournements de fonds publics.

Lire plus